Une tentative de blog à plusieurs mains. Pour réunir des trucs qu’on ne voudrait pas montrer à nos grand-mères mais qu’on prend plaisir à faire quand même.
Vous savez, ces trucs au fond d’une cave ou sous une couette, ces trucs qui nécessitent un sécateur, des allumettes ou de la vaseline, ces trucs chauds et humides, toujours meilleurs à plusieurs qu’en solitaire : se moucher dans ses doigts, dire des gros mots, jouer à touche pipi, disséquer le chat du voisin…et rire, évidemment.

Açir Tanaka

Tanaka est une drôle de bête. 
S'il fallait que je me prononce sur son ascendance, je dirais qu'on a affaire à un croisement particulièrement original et réussi du Petit Littré, de Rumpelstilskin et d'un boucher-charcutier. Pour le moins.
Il bâtit ses histoires comme un horloger vénusien construirait un coucou suisse : avec rigueur, fantaisie, minutie, brio, inventivité et quelques kilos de tripes encore chaudes.
Et croyez moi, je m'y connais en horlogers vénusiens...
Rien n'est laissé au hasard, dans les histoires de Tanaka, du titre à la chute (souvent douloureuse), tout est sous contrôle, particularité que l'on retrouve étrangement chez un certain Lal Behi qui rode dans de singuliers Lalbehyrinthes
Dans ces jeux de miroirs déroutants saurez vous deviner lequel, de Lal ou d'Açir, est l'original ? Lequel est le double ? Lequel est l'homme, lequel est la bête ?  
Je vous laisse y cogiter...

Bovinement vôtre.
Lunatik.


Ps : indépendamment de tout cela, j'aimerais bien savoir pourquoi diantre fichtre malepeste l'ami Açir a collé une cédille à son foutu c alors qu'il est suivi d'un bête i.
Ps bis : Mutatis mutandis, une excellente (et inédite) nouvelle de Lal a été publiée dans un recueil collectif, Leitmotive Opus 1, paru aux éditions Jacques Flament. Plus de détails ici.
Ps ter : Lal récidive avec une seconde publication aux éditions Jacques Flament. Metamorphosis, dans le recueil collectif Leitmotive Opus 2. Disponible ici. 


Tous les articles de Açir Tanaka sur ce blog :

- Extension du corps : à Tanaka l'honneur d'étrenner, tout en sensualité et avec beaucoup de bonheur (!), la section Textes... 
- Leçon d'amour fou 1 : tout n'est-il que littérature ? : un texte à suivre, où l'on découvre que l'humour et l'horreur se marient plutôt vachement bien chez Açir, quand il veut bien s'en donner la peine. 
- Leçon d'amour fou 2 : deux moitiés font-elles un tout ? en fait, je vous ai dit une connerie juste au dessus, c'est pas vraiment un texte à suivre mais plutôt un concept. Genre. Bref, le tome 2 est moins drôle mais tout aussi déroutant. 
- Leçon d'amour fou 3 : la faim justifie-t-elle les moyens ? A taaaable, mon amour !
- Peau (1-Sur nos langues) : un peu de finesse de ce monde de branques
- Leçon d'amour fou 4 - tout est-il digne d'un nom ? : que les naïfs qui croient encore qu'une capote les préserve de tous les risques liés à l'amour se l'enfoncent dans le crâne une bonne fois pour toutes : l'amour, c'est dangereux ! Bordel. Combien de fois faudra-t-il vous le répéter ?
- L'appât du grain : ah le chouette titre ! Un texte marteau grouillant de jolies souris. 
- Peau (2 - Avec doigté) :  ... et tact.
- Doloris :  Ne croyez pas que l'on s'habitue. Jamais. Le plaisir est toujours différent...
- Sept obscurs objets du désir (1) :  allez jeter un œil, ne serait-ce que pour avoir le titre en entier, vu que j'ai eu la flemme de le retranscrire ici dans son intégralité.
- Tortura, ae, f. : à la fois gore et hilarant, comme j'aime.