Une tentative de blog à plusieurs mains. Pour réunir des trucs qu’on ne voudrait pas montrer à nos grand-mères mais qu’on prend plaisir à faire quand même.
Vous savez, ces trucs au fond d’une cave ou sous une couette, ces trucs qui nécessitent un sécateur, des allumettes ou de la vaseline, ces trucs chauds et humides, toujours meilleurs à plusieurs qu’en solitaire : se moucher dans ses doigts, dire des gros mots, jouer à touche pipi, disséquer le chat du voisin…et rire, évidemment.

16 mai 2012

Trompette en fête : la fée Amphète (par Lunatik)

Nous l'attendions tous avec une impatience fiévreuse, le voici, le voilà, le recueil d'Arnaud Modat (alias Trompette Sournoise), déjà disponible chez l'éditeur Quadrature pour la modique somme de 15€ frais de port offerts.


La quatrième de couv', histoire de vous faire baver un peu :

Ces onze nouvelles ont été écrites entre 2006 et 2011, ce qui en dit long sur la propension de l’auteur à se laisser distraire par le moindre pigeon. On y rencontre des pièces d’échec qui s’engueulent, un type qui cherche la sortie sur la piste des auto-tamponneuses, un autre, au contraire, qui ne veut plus quitter l’autoroute, un psychopathe performant, de la guitare au coin du feu, une fée accroupie au milieu d’une forêt de jambes... Nombreux sont les textes qui prêtent à sourire, mais le recueil ne sera pas remboursé en cas de suicide au gaz. Certaines nouvelles peuvent contenir des résidus de cynisme et des traces de noisette, en quantités infimes.

Arnaud Modat est né à la fin des années 70, à la frontière du funk et du disco, mais à Douai. Artiste polymorphe non rentable, flegmatique, confus, égocentrique et sportif atypique, il vit aujourd’hui à Strasbourg. Il aime les échecs, marcher pieds nus sur le goudron chaud, distribuer des bouchons de vodka, le cheval d’arçon et Fanny. Il mourra probablement en 2054 (en février ou en juin, mais le huit), d’une intoxication au plomb, tout simplement.


Cette fainéasse de Trompette ne m'ayant pas encore envoyé mon exemplaire dédicacé que je lui réclame à cor et à cri depuis les calendes grecques, je ne peux rien vous en dire de plus.

4 commentaires:

Yunette a dit…

C'est vil ! Nul commentaire ! J'attends d'être riche et je me fais une fringale de trompette ! Sournoisement, dans le dos de l'homme qui gueulera que je délie les cordons de la bourse ! Oui messieurs dames, suis comme ça, moi, quand il s'agit de bouquins, j'ai la dalle ! Alors si en plus il s'agit de Trompette...

Rhaaa, j'ai hâte !

Lunatik a dit…

T'as raison : c'est vil.

HEHO ! YA DONC PERSONNE ICI BAS QUE CA INTERESSE UN PUR BOUQUIN, BORDEL ???

Castor tillard a dit…

Moi je m'en fous, je l'ai déjà, le bouquin.
Je connaissais la fée en fait, je veux dire Amphète, c'est un petit chèvre-d'oeuvre. Et la pêche aux hippocampes est pleine de ces trouvailles inattendues qu'on attendait. Donc ça baigne, vous pouvez acheter les yeux fermés, c'est le Castor qui vous le dit. Et Trompette, qui est sournoisement allé méditer au pays de Kham, dans l'Himalaya, vous le confirmera à son retour, si tant est qu'il revient.
Pour les autres nouvelles, faut que je les lise, je vous dirai après si vous pouvez les acheter aussi.

Anonyme a dit…

J'y ai mis le temps mais j'ai fini par le lire, et je pense que je vais le relire, et le prêter, et l'offrir. Très très bon recueil.